Expériences voyages

LE BLOG DE BRAVOFLY.FR
Home > Amériques > Amérique du nord > Dans les Caraïbes, des musées sous-marins de sculptures écologiques

Amérique du nord

Dans les Caraïbes, des musées sous-marins de sculptures écologiques

Dans les Caraïbes, des musées sous-marins de sculptures écologiques
juillet 08
11:48 2014

A la confluence de l’art, du tourisme et de l’écologie, le Britannique Jason de Caires Taylor conduit une œuvre singulière et spectaculaire, réalisant des sculptures destinées à servir d’habitat pour les coraux… et à une exposition… sous-marine ! A ce jour, ses deux réalisations les plus vastes se trouvent sous la mer des Caraïbes, l’une au large de l’île de la Grenade, l’autre au large de Cancún (Mexique).

Diplômé en 1998 en sculpture et céramique, Jason deCaires Taylor passe par divers types de petits boulots : instructeur de plongée, sculpteur sur pierre, photographe, etc. Autant d’expériences qui préparent le terrain pour sa première réalisation d’envergure, qui voit le jour en 2006 à la Grenade, île caribéenne où il est alors instructeur de plongée et où, avoue-t-il, il commençait « à se sentir très désillusionné relativement à l’industrie du tourisme et ses effets négatifs sur l’environnement ». Par le biais de connexions, il parvient à lancer ce vaste et ambitieux projet de musée sous-marin, qui voit le jour en 2006.

Musée sous-marin de la Grenade

C’est dans la baie de Molinere qu’est ouvert au public, en mai 2006, le premier musée sous-marin du monde : Molinere Underwater Sculpture Park. Inquiet du développement du tourisme de masse, il envisage cependant de tirer profit de celui-ci pour porter à la connaissance des touristes la question environnementale… et des devises de ces derniers pour la réalisation de ce projet qui, non moins qu’artistique, est tout autant écologique.

En effet, par une pluralité de raisons propres au tourisme de masse, non moins qu’aux ouragans qui frappent la région, le récif corallien de la Grenade était très abîmé. Deux ouragans avaient successivement causé de grands dégâts : Ivan en 2004, puis Emily en 2005. Servant de substrat ou d’appui au développement des coraux, les sculptures figuratives sous-marines, conçues en béton à pH neutre à cette fin, ont donc une vocation environnementaliste, consistant à maintenir la biodiversité des écosystèmes coraliens qui inclut également la faune marine qui y abonde.

Parmi les œuvres les plus célèbres du Musée sous-marin de la Grenade : The Lost Correspondant (« Le Correspondant perdu »), représentant un journaliste assis à son bureau devant une machine à écrire ; Vicissitudes, une grande ronde de femmes et d’hommes se donnant la main ; Fall From Grace (« Tomber en disgrâce »), sculpture représentant un homme à vélo.

the-lost-correspondent-01-jason-decaires-taylor-sculpture the-lost-correspondent-02-jason-decaires-taylor-sculpture the-lost-correspondent-03-jason-decaires-taylor-sculpture the-lost-correspondent-04-jason-decaires-taylor-sculpture Jason-de-Caires-Taylor-21

Musée sous-marin de l’île Mujeres (Mexique)

Le Mexique accueille, quelques années plus tard, un musée cousin, inspiré du pionnier de la Grenade. En 2005, l’ouragan Wilma, causait un ravage écologique dans une zone déjà largement fragilisée par le tourisme de masse de la Riviera Maya et qui a perdu plus de 50% de son patrimoine corallien, auparavant l’un des plus grands du monde. Le ravage n’a d’ailleurs pas été qu’écologique, mais la destruction de l’environnement par le tourisme et des récifs coralliens en particulier explique l’envergure des dégâts causés par l’ouragan, ceux-ci ayant un effet régulateur minimisant l’impact des ouragans.

L’ambition, là encore, était de développer un parc de sculptures à vocation touristique, afin de détourner les touristes des zones naturelles. Le pari est à double tranchant, dans une zone si emblématique du tourisme de masse que l’est Cancún : cela peut à la fois contribuer à sensibiliser un plus grand nombre de personnes aux problématiques de l’environnement… mais, paradoxalement, l’attrait de ce musée spectaculaire, contribue peut-être aussi à aggraver le problème dû à la fréquentation de trop nombreux visiteurs.

C’est, du reste, le constat que tire Jason deCaires Taylor : « Je suis préoccupé au sujet du musée au Mexique, que j’ai lancé de façon à aider à éloigner un grand nombre de touristes des récifs naturels. Quoi qu’il en soit, si le résultat est une augmentation globale du nombre de visiteurs dans la zone, dans ce cas je ne suis pas sûr que le projet ait réussi. Certainement, en termes économiques, cela a-t-il des avantages, mais Cancún a de très maigres capacités de traitement des eaux, ce qui a eu pour conséquence la pénétration des eaux polluées dans les zones de mangroves, provoquant des effets dévastateurs au système coralien (ce qui inclut les sculptures). Tout cela doit être pensé en terme d’organisation générale de la région. Je pense cependant vraiment que le musée aide à lutter contre l’attitude « loin des yeux, loin du cœur » propre à de nombreuses destinations populaires de la côte ».

Parmi les œuvres les plus remarquables de ce projet, de plus grande envergure que son prédécesseur, et qui accueille plus de 750 000 visiteurs à l’année, signalons : The Dream Collecter (« Le Collectionneur de rêves »), un homme derrière un bar où se trouvent des bouteilles rapportées par Jason deCaires Taylor du monde entier, plongé dans une réflexion tandis qu’à ses pieds dort son chien ; The Musician, sculpture d’une musicienne nue devant son piano, la tête reposant sur son poing ; The Bankers (« Les banquiers »), soient cinq sculptures d’hommes plongeant la tête dans le sable, symbolisant la « politique de l’autruche » dans un contexte de crise mondiale où les institutions politiques et bancaires sont affectées par une vision court-termiste ; Inertia (« Inertie »), où un homme nu, obèse, se tient avachi dans un canapé face à la télévision, un hamburger et des frites dans son assiette, représentation de l’enfermement des hommes dans une bulle et l’apathie de ceux-ci face aux enjeux climatiques de l’époque.

9-sculpture-modern-art-jason-decaires-taylor-sculpture 8-sculpture-modern-art-jason-decaires-taylor-sculpture jason-decaires-taylor-inertia25-sculpture-modern-art-jason-decaires-taylor-sculpture 4-sculpture-modern-art-jason-decaires-taylor-sculpture

Note de l’auteur : Cet article a été rédigé après que Jason deCaires Taylor, concepteur de ces musées sous-marins, a répondu à nos questions par courriel.

Crédits : photos reproduites avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Site officiel de Jason deCaires Taylor : Underwater Sculpture.

A propos de l'auteur

Mikaël Faujour

Mikaël Faujour

Né en Bretagne, Mikaël Faujour vit à présent à Quetzaltenango, au Guatémala. Ancien chroniqueur musical (Music Story, Toute la Culture), il est aujourd'hui journaliste indépendant. Outre Voyageurs du Net, il travaille également sur le Guatémala et sur l'art.

0 commentaire

Aucun commentaire pour l'instant !

Il n'y a aucun commentaire pour l'instant, souhaitez-vous écrire un commentaire ?

Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire

Suivez-nous sur

Suivez-nous sur Instagram

Suivez-nous sur Instagram

Suivez-nous sur Twitter

INSCRIPTION A LA NEWSLETTER

Archive de voyage

Catégories